NEWS RELEASE – November 7, 2018

MARKHAM, ON—A national delegation of Members & Associates from the Canadian Institute of Steel Construction (CISC) led the discussion at Parliament Hill on November 6, 2018 at the fourth annual Day on the Hill. CISC’s Members & Associates met with parliamentarians from all political parties to support and take action on critical issues in the steel construction industry, including prompt payment legislation, the removal of U.S. Section 232 steel tariffs and LNG Canada’s remission request regarding waived duties on fabricated industrial steel components (FISC).

Prompt Payment Legislation

The steel industry is urging government for immediate federal prompt payment legislation in construction. The federal government has held one of the largest and most extensive cross-Canadian consultation processes between January and June of 2018. As a result, they have recommendations for immediate legislation from the same lawyers that brought Bill 142, The Ontario Construction Act, into being in 2017. The recommendations have garnered full construction industry support from the general contractors down to the trades and suppliers. Legislation will benefit the small to medium construction companies, which represent 70 per cent of all employers in the construction sector and comprise of 1.4 million people in Canada. Small and medium-sized enterprises (SME) are the real employers of the middle class and need prompt payment legislation now to ensure a future for their companies and their employers. The federal government has the research, the recommendations, the support and the ability to dramatically affect the middle class with no cost to the tax payer. It’s time to act.

Immediate Removal of U.S. Section 232 Steel Tariffs

We are advocating for the immediate removal of the 25 per cent steel tariffs imposed by U.S. Section 232. Since its inception earlier this year, the effects of these tariffs, in addition to Canadian countermeasures and world safeguards, have had significant negative effects on the Canadian steel construction industry. The downstream steel construction sectors are facing an increase in contractual risk and uncertainty. Moreover, Canadian steel fabricators are at a global competitive disadvantage with these tariffs in effect, putting their ability to secure contracts on large infrastructure or industrial construction projects at risk. For the sake of Canadian companies and their employees, it is imperative that the Canadian government negotiates an immediate resolution for steel tariffs.

LNG Canada’s Remission Request Regarding Waived Duties on FISC

The Canadian government is considering granting a duty remission to LNG Canada (with one of its partners being Petro China) on fabricated steel, allowing the entire project to go to China at the expense of Canadian construction jobs and tax payers’ money. The Canadian International Trade Tribunal (CITT) levied trade duties against China in June 2017 after China was proven to be illegally dumping fabricated steel into Canada at up to 48 per cent, in addition to illegally subsidizing its industry up to $2,300 per metric tonne.

“The Canadian steel fabrication industry is quite capable and able to complete this project and other projects like it,” says Ed Whalen, President & CEO of the CISC. “The argument that Canadian trades don’t have the expertise and that the project is too complex for Canada is just plain false. The real story here is that there is no other place in the world where illegal dumping and subsidizing is so extreme than in China, and that is the reason why players like Shell and Petro China (partners in LNG Canada) want to go to China. It is all about illegally cheap construction.”

Canadian trades and FISC producers have a proven track record of producing the best and most complex industrial facilities in the world, with the highest quality and safety records. It is imperative that the Canadian government stands behind our industry to prevent $40 billion of free and fair construction contracts from going offshore to a proven dumping and subsidizing nation. The Canadian steel industry is urging the federal government to uphold the ruling of the CITT and hold LNG Canada accountable for the duties applied to imported steel from China.

“It is important to acknowledge the significance of the Canadian steel construction industry and the vital role it plays in employing the middle class,” says Ed Whalen, President & CEO of the CISC. “As a nation, we must ensure that we are protecting our industry while giving it the best chance to strengthen and grow—which includes proper prompt payment legislation, fair trade and the opportunity to fairly bid on construction projects.”

About CISC

The Canadian Institute of Steel Construction (CISC) is Canada’s voice for the steel construction industry, providing leadership in sustainable design, construction, efficiency, quality and innovation. The CISC’s efforts aim to advance the use and benefits of steel, protect Canadian market share, as well as advocate for a diverse community made up of manufacturers, fabricators, service centres, erectors, consultants, detailers, industry suppliers, owners and developers.

The Canadian steel construction sector is a vibrant $5 billion industry, which employs over 130,000 people in its supply chain.

-30-

Media Contact:

Maricelle Ambat
Marketing & Communications Coordinator
Canadian Institute of Steel Construction (CISC)
(905) 604-3231 ext. 107
mambat@cisc-icca.ca
www.cisc-icca.ca


COMMUNIQUÉ – Le 7 novembre 2018

MARKHAM (Ontario) — Une délégation nationale de membres et d’associés de l’Institut canadien de la construction en acier (ICCA) a animé la discussion sur la Colline du Parlement le 6 novembre 2018, à l’occasion de la quatrième Journée annuelle de l’industrie minière sur la Colline. Les membres et associés de l’ICCA ont rencontré des parlementaires de tous les partis politiques pour parler d’appui et de mesures à l’égard des enjeux fondamentaux de l’industrie de la construction en acier, notamment une loi limitant les délais de paiement, l’élimination des tarifs douaniers américains sur l’acier imposés par l’article 232 et la demande de remise de LNG Canada concernant le renoncement aux droits sur les composants usinés industriels en acier (CUIA).

Loi limitant les délais de paiement

L’industrie de l’acier exhorte le gouvernement à adopter immédiatement une loi fédérale sur les délais de paiement dans le domaine de la construction. Le gouvernement fédéral a tenu l’un des processus de consultation pancanadiens les plus importants et les plus exhaustifs entre janvier et juin 2018. La conclusion de ce processus contenait des recommandations sur l’adoption immédiate de mesures législatives, émises par les avocats qui ont introduit le projet de loi 142, la Loi sur la construction de l’Ontario, en 2017. Les recommandations ont été appuyées par toute l’industrie de la construction, autant les entrepreneurs généraux que les corps de métier et les fournisseurs. La loi profitera aux petites et moyennes entreprises de construction, qui représentent 70 % de tous les employeurs du secteur de la construction et emploient 1,4 million de personnes au Canada. Les petites et moyennes entreprises (PME) sont les vrais employeurs de la classe moyenne et ont besoin de lois limitant les délais de paiement dès aujourd’hui pour assurer l’avenir de leurs entreprises et de leurs employeurs. Le gouvernement fédéral a entre les mains les recherches, les recommandations, le soutien et la capacité leur permettant d’influer de façon spectaculaire sur la classe moyenne, sans frais pour les contribuables. Il est temps d’agir.

Élimination immédiate des tarifs américains sur l’acier en vertu de l’article 232

Nous préconisons l’élimination immédiate des tarifs de 25 % imposés sur l’acier par l’article 232 de la loi américaine. Depuis leur introduction plus tôt cette année, ces tarifs, en plus des contre-mesures canadiennes et des garanties mondiales, ont eu des effets négatifs importants sur l’industrie canadienne de la construction en acier. Les secteurs de la construction en acier en aval sont confrontés à une augmentation du risque contractuel et de l’incertitude. Les aciéries canadiennes sont défavorisées à l’échelle mondiale à cause de ces tarifs, qui mettent à risque leur capacité d’obtenir des contrats pour des grands projets d’infrastructure ou de construction industrielle. Pour le bien des entreprises canadiennes et de leurs employés, il est impératif que le gouvernement canadien négocie un règlement immédiat des tarifs sur l’acier.

Demande de remise de LNG Canada concernant le renoncement aux droits sur les CUIA

Le gouvernement envisage d’accorder une remise de droits à LNG Canada (dont l’un des partenaires est Petro China) sur l’acier fabriqué, ce qui permettrait au projet d’être réalisé entièrement en Chine, au détriment des emplois et de l’argent des contribuables canadiens. Le Tribunal canadien du commerce extérieur (TCCE) a imposé des droits de douane à la Chine en juin 2017, après qu’on eut prouvé le dumping illégal au Canada d’acier fabriqué par ce pays, jusqu’à concurrence de 48 %, en plus de subventionner illégalement son industrie pour un montant pouvant aller jusqu’à 2 300 $ la tonne métrique.

« L’industrie canadienne de la fabrication d’acier est tout à fait en mesure de mener à bien ce projet et d’autres projets comme celui-ci, affirme Ed Whalen, président et chef de la direction de l’ICCA. L’argument selon lequel les corps de métier canadiens ne possèdent pas l’expertise et le projet est trop complexe pour eux est tout simplement faux. La vérité ici, c’est qu’il n’y a pas un endroit au monde où le dumping et le subventionnement illégaux sont aussi répandus qu’en Chine, et c’est la raison pour laquelle des joueurs comme Shell et Petro China (partenaires de LNG Canada) veulent aller là-bas. On parle de construction illégale et bon marché. »

Les corps de métier et producteurs de CUIA canadiens ont fait leurs preuves dans la construction des meilleures et des plus complexes installations industrielles au monde, et ont de solides antécédents en matière de qualité et de sécurité. Il est impératif que le gouvernement canadien appuie notre industrie afin d’éviter que 40 milliards de dollars de contrats de construction libres et impartiaux soient donnés à l’étranger, à une nation qui a démontré qu’elle s’adonnait au dumping et au subventionnement. L’industrie canadienne de l’acier exhorte le gouvernement fédéral à maintenir la décision du TCCE et à faire payer à LNG Canada les droits qui s’appliquent sur l’acier importé de Chine.

« Il est important de reconnaître l’importance de l’industrie canadienne de la construction en acier et le rôle vital qu’elle joue dans l’emploi de la classe moyenne, a déclaré Ed Whalen, président et chef de la direction de l’ICCA. En tant que nation, nous devons nous assurer que nous protégeons notre industrie tout en lui donnant la meilleure chance de se consolider et de grandir, ce qui implique une législation adéquate sur les délais de paiement, un commerce équitable et la possibilité de présenter des soumissions de façon juste sur les projets de construction. »

L’Institut canadien de la construction en acier (ICCA) est le porte-parole du Canada pour l’industrie de la construction en acier, assurant un leadership en matière de conception durable, de construction, d’efficience, de qualité et d’innovation. Les efforts de l’ICCA visent à promouvoir l’utilisation et les avantages de l’acier, à protéger la part canadienne du marché et à défendre une communauté diversifiée composée de fabricants, de centres de service, de constructeurs, de consultants, de dessinateurs de détails, de fournisseurs de l’industrie, de propriétaires et de promoteurs.

Le secteur canadien de la construction en acier est une industrie dynamique de 5 milliards de dollars qui emploie plus de 130 000 personnes dans sa chaîne d’approvisionnement.

-30-

Relations avec les médias :

Maricelle Ambat
Coordinatrice, Marketing et communications
Institut canadien de la construction en acier (ICCA)
905 604-3231, poste 107
mambat@cisc-icca.ca
www.cisc-icca.ca